mercredi 10 février 2021

Cinéma : les films de Laurel et Hardy : les courts-métrages : 7) l’année 1933

Précédent : les films de Laurel et Hardy : les courts-métrages : 6) l’année 1932

Les joies du mariage (Twice Two)

affiche

Réalisateur : James Parrott ; Date de sortie : 25/02/1933 ; Durée : 20 mn

Thème : Stan et Ollie sont mariés aux sœurs de l'autre et prévoient un dîner pour célébrer leurs anniversaires mutuels.

générique

Résumé : Un an avant la première scène, Stan Laurel a épousé Fanny, la sœur d'Oliver Hardy, et Oliver a épousé Sandy, la sœur de Stan dans un double mariage. Ils vivent tous ensemble et Stan et Ollie travaillent dans le même bureau. Après quelques gags impliquant des téléphones, les épouses se préparent à une fête surprise pour célébrer leur premier anniversaire au cours de laquelle un gâteau atterrit sur la tête de Mme Laurel, lui faisant ressembler étrangement à un portrait d'Elizabeth I sur le mur de la salle à manger. Stan et Ollie arrivent alors mais les couples ne peuvent s'empêcher de se chamailler tout au long de la fête. Dans les scènes finales, un livreur arrive avec un autre gâteau, qui est jeté au visage de Mme Laurel par une acrimonieuse Mme Hardy.

Oliver Hardy Stan Laurel Sandy Hardy la soeur de Stan
Oliver HardyStan LaurelSandy Hardy, la sœur de Stan et la femme d’Oliver

Fanny Laurel la soeur d'Oliver le gâteau portrait d'Elizabeth I
Fanny Laurel, la sœur d’Oliver et la femme de Stan – le gâteau – le portrait d’Elizabeth Ière

le vendeur le repas Oliver et sa femme
le vendeur (Baldwin Cooke) – le repas – Sandy et Oliver

Stan et sa femme le livreur de gâteau le 2ème gâteau
Fanny et Stan – le livreur (Charlie Hall) – le gâteau

  • “Twice Two” était le dernier film de Laurel & Hardy réalisé par James Parrott.
  • C'est la deuxième fois que Stan Laurel apparaît en femme comme épouse d'Oliver Hardy, la première étant “That's My Wife” en 1929. Stan s'est également habillé en femme en 1930 dans “Another Fine Mess”, en tant que femme de chambre. Par la suite, Stan apparaîtra en femme dans les longs métrages “A Chump at Oxford” en 1940 et “Jitterbugs”, brièvement, en tant que matrone de Boston, en 1943.

Les Chevaliers de la flemme / Les deux flemmards (Me and My Pal)

affiche

Réalisateur : Charley Rogers et Lloyd French ; Date de sortie : 22/04/1933 ; Durée : 19 mn

Thème : A l'occasion du mariage d'Oliver, Stan lui offre un puzzle. Affairés à assembler les pièces, les deux amis oublient la mariée et les invités qui s'impatientent.

générique

Résumé : Oliver Hardy se prépare le jour de son mariage avec la fille d'un riche magnat du pétrole, Peter Concombre. Son ami, Stan Laurel, en rendant visite à Ollie dans la matinée, lui révèle son cadeau de mariage : un puzzle.  Furieux au départ, Ollie refuse le puzzle mais les garçons sont vite préoccupés par le puzzle, tout comme d'autres personnes : un chauffeur de taxi, le majordome d'Ollie, un livreur de télégrammes, même un policier. Concombre est enragé par le retard du mariage de sa fille, surtout après que Stan a livré une couronne à la réception, et se rend chez Ollie. Le puzzle est presque terminé à l'exception d'une pièce manquante introuvable ; le policier insiste sur le fait que personne ne peut quitter la maison jusqu'à ce qu'elle soit trouvée, y compris Concombre. Une bagarre éclate, menant à une descente de police au cours de laquelle tous sont arrêtés sauf Stan et Ollie, qui parviennent à se cacher. Le puzzle est renversé dans le chaos ; le télégramme d'Ollie provenait de son courtier, lui conseillant de vendre rapidement ses actions dans "The Great International Horsecollar Corporation" dans laquelle toute la fortune d'Ollie est investie, mais un flash radio indique que la société a subi un "terrible crash et a coulé". Malgré l'assurance de Stan que "la prospérité est au coin de la rue", Ollie lui dit avec colère de partir. En partant, Stan parvient à trouver la pièce manquante du puzzle, mais avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit de plus, Ollie furieux le jette dehors.

Oliver Hardy Joseph Stan Laurel
Oliver Hardy – Joseph le majordome (Frank Terry) Stan Laurel

le cadeau le puzzle le taxi
le cadeau – le puzzle – le taxi

le chauffeur de taxi le policier le messager
le chauffeur de taxi (Eddie Dunn) – le policier (James C. Morton) – le messager (Bobby Dunn)

tous sur le puzzle le puzzle fini-1 les invités au mariage
tous sur le puzzle – une pièce manque au puzzle – les invités du mariage

la mariée Peter Concombre le prêtre
la mariée (Marion Bardell) Peter Concombre (James Finlayson) – le prêtre (Edgar Sherrod)

les musiciens le réceptionniste le livreur de fleurs
les musiciens – le réceptionniste – le livreur de fleurs (Charlie Hall)

la voitufe de police les policiers la pièce manquante
la voiture de police – les policiers (Eddie Baker, Billy Bletcher, Charles McMurphy) – la pièce manquante

Les deux policiers (The Midnight Patrol)

affiche

Réalisateur : Lloyd French ; Date de sortie : 03/08/1933 ; Durée : 19 mn

Thème : Les patrouilleurs Laurel et Hardy enquêtent sur une intrusion à domicile et font une pagaille dans la maison avant de découvrir que c'est la maison de leur chef de police, qui s'était simplement enfermé.

générique

Résumé : Stanley et Oliver sont des policiers débutants. Pendant qu'ils mangent dans leur voiture, un voleur assisté d'un partenaire essaient de voler leur roue de secours. Ils manquent ensuite l'annonce radio d'un cambriolage en cours. Stanley emprunte le téléphone chez un joaillier pour appeler le commissariat, prenant le voleur de coffre-fort dans le magasin pour le propriétaire, allant même jusqu'à l’aider à fracturer le coffre, quand Hardy entre pour voir ce qui retient Laurel, les garçons parviennent à comprendre que le voleur n'est pas le propriétaire du magasin et plutôt que de l'arrêter, ils lui assignent de comparaître devant le tribunal à une date convenant au criminel. Les garçons retournent à leur voiture pour trouver le même voleur qui tente de la voler, en colère Hardy insiste sur le fait qu'il doit “comparaître demain” (un jour où le criminel prépare un vol de banque).
En arrivant sur la scène du crime présumé, c’est le propriétaire du manoir qui avait perdu la clef de sa maison et il n'y a donc pas de vol sur les lieux. Cependant, les garçons ne sont pas au courant de cela et ils tentent de casser la porte d'entrée avec un banc, ils y parviennent finalement avec beaucoup d'efforts, après avoir causé beaucoup de dommages à la propriété,  et s’être retrouvés dans un seau de choucroute ! Ils procèdent à l'arrestation du propriétaire du manoir qu'ils perçoivent comme le voleur.
Les garçons amènent le suspect au poste de police et font leur éloge à leurs collègues, mais la véritable identité du voleur devient rapidement évidente lorsque les autres agents le reconnaissent comme le chef de la police. Réalisant leur erreur, Hardy explique qu'ils sont «nouveaux», le chef n'accepte apparemment pas cette excuse et alors que les garçons fuient, il ouvre le feu. Les autres agents enlèvent alors leur chapeau indiquant que des décès sont survenus et le chef dit «faites venir les pompes funèbres».

la voiture de police Laurel et Hardy Stan Laurel
la Cadillac Standard Line de 1927 de police – Laurel et Hardy – Stan Laurel

Oliver Hardy le téléphone le sergent
Oliver Hardy – le téléphone - le sergent (Eddie Dunn)

la voiture Chevrolet Superior Touring 1925 des voleurs les voleurs de roue le voleur de coffre-fort
la Chevrolet Superior 1925 des voyous – les voleurs de roue (Bob Kortman et Charlie Hall) - le perceur de coffre-fort (Frank Terry)

le commissaire Ratapoil le valet le banc
 le commissaire Ratapoil (Frank Brownlee) – le valet (Al Caporal) - le banc

dans la choucroute le commissariat les policiers
dans la choucroute – au commissariat - les policiers (dont Tiny Sandford et James C. Morton)

  • C'est l'un des deux seuls films Laurel & Hardy où ils finissent décédés.

Laurel et Hardy menuisiers (Busy Bodies)

affiche

Réalisateur : Lloyd French ; Date de sortie : 07/10/1933 ; Durée : 19 mn

Thème : Stan et Ollie se battent avec des objets inanimés, leurs collègues et les lois de la physique lors d'une journée de travail de routine à la scierie.

générique

Résumé : Stan et Ollie sont de bonne humeur alors qu'ils conduisent une ancienne Ford Model T vers leurs nouveaux emplois à la scierie. Laurel allume l'autoradio (à l'époque un article de luxe dans les voitures plus récentes, pas prévu dans un vieux tacot) ; la "radio" se révèle être un phonographe à remontage caché sous le capot de la voiture. En arrivant à la scierie, une séquence burlesque les fait se heurter à plusieurs reprises à des planches de bois. En commençant le travail, Stan emprisonne bientôt les mains d'Ollie dans un cadre de fenêtre. Après l'avoir libéré, ils trompent un magasinier pour qu'il fume malgré un panneau “Interdiction de fumer”. Stan déchire alors une bande du pantalon d'Ollie avec un rabot puis trempe un pinceau dans de la colle et le colle sur le menton d'Ollie. Constatant qu'il n'est pas possible de le retirer, il se prépare comme un barbier et le rase avec un rabot. Ollie est ensuite propulsé à travers un conduit de ventilation et est coincé à l’orifice.
Stan grimpe sur une échelle pour l'aider. Un baril de gomme laque est projeté dans le conduit du ventilateur et fait sortir Ollie de l'orifice de ventilation ; l'échelle bascule avec les deux dessus. En bas, deux hommes voient l'échelle tomber vers eux. L'un tombe dans de la chaux tandis que l'autre se cache dans un hangar, ce qui s'avère être une mauvaise idée lorsque le duo s'écrase sur le hangar, le démolissant. Alors que Laurel aide Hardy à sortir de l'épave, il y a des coups sous la porte. L'homme qu'ils aident s'avère être leur contremaître, qui est celui qui a cherché un abri dans le hangar. Ils battirent en retraite précipitamment. Le contremaître aurait couru après eux, mais il est assommé par le baril. Tentant de fuir, leur voiture est sciée en deux dans le sens de la longueur par une grande scie à ruban pendant qu'ils restent assis à l'intérieur. Les deux tombent de l'épave qui s'effondre. Laurel trouve le phonographe toujours intact et joue un disque. Hardy est singulièrement peu impressionné par la musique et poursuit Laurel.

voiture 1 Oliver Hardy Stan Laurel
Stan Laurel et Oliver Hardy

voiture Ford Model T 1924 le tourne-disque la scierie
Ford Model T 1924 – le phonographe – la scierie

un menuisier 1 le maganisier le contremaître
un menuisier - le magasinier (Charlie Hall) – le contremaître (Tiny Sandford)

un menuisier 2 le baril voiture Ford Model T coupée en 2
un menuisier (Charles Lloyd) – le tonneau – la Ford T coupée en deux

  • Le bâillon dans lequel les Boys in-car entertainment est un tourne-disque sous le capot actionné par une tirette a été copié dans l'animation Wallace et Gromit “Wallace & Gromit: Un sacré pétrin !(2008).

Wild Poses

affiche

Réalisateur : Robert F. McGowan ; Date de sortie : 28/10/1933 ; Durée : 20 mn

Thème : Le photographe Otto Phocus est déterminé à prendre un portrait du petit Spanky.

générique

Résumé : Au début du film, un vendeur sollicite les services d'Otto Phocus dans un quartier résidentiel. Dans une maison, il dit à une femme au foyer qu'elle a “deux des enfants les plus photogéniques” qu'il ait jamais vus. La caméra se coupe pour révéler les deux enfants de la femme, représentés dans un bref caméo de dix secondes par Laurel et Hardy, vêtus de vêtements de bébé. Assis sur un fauteuil géant, bébé-Stan tient un énorme biberon qui intéresse bébé-Hardy. Lorsqu'il s'en saisit, Stan lui enfonce son doigt dans l'œil à la manière habituelle de se chamailler de Laurel et Hardy. La scène se transforme pour mettre en mouvement l'intrigue principale.
Le petit Spanky a été informé par le gang des petites canailles que le photographe Otto Phocus avait l'intention de lui "tirer dessus", pensant que la caméra est un canon.
Pendant que le photographe fait l'article à Spanky et ses parents, les Petites Canailles visitent le studio et le laboratoire du pauvre Phocus.
Spanky est pour le moins peu coopératif et refuse de suivre les injonctions de l'artiste photographe qui tient à lui faire prendre la pose avec un doux sourire exagéré et il lui donne régulièrement des coups de poing au visage.
Plus tard, comme les amis de Spanky ont saboté l'obturateur avec de l'eau, Phocus arrose le père de Spanky et sa maman dit à Spanky: "C'est comme ça qu'ils prennent des photos à l'aquarelle".
Enfin, après avoir enfin pris avec succès la photo de Spanky, Phocus découvre que le gang a exposé ses plaques photographiques, rendant "tout mon beau travail pour rien !". Spanky parvient à lui donner un autre coup de poing !

le vendeur Laurel et Hardy 2 Laurel et Hardy 3      
le vendeur – Laurel et Hardy bébés

l'enseigne du photographe Otto Phocus le gang des Petites Canailles
Otto Phocus (Franklin Pangborn) – le gang des petits canailles (Matthew Beard, Tommy Bond, Jerry Tucker, Georgie Billings)

Spanky Gay, la mère de Spanky Emerson, le père de Spanky
Spanky (George McFarland) – Gay, la mère de Spanky (Gay Seabrook) – Emerson, le père de Spanky (Emerson Treacy)

  • Ce film est inscrit au titre de caméo dans la plupart des filmographies de Laurel et Hardy.
  • Il y a une sacrée coïncidence dans le choix du nom du photographe : Otto Phocus sonne aujourd'hui comme autofocus alors que ce procédé technique de mise au point automatique appliqué à la photographie n'existait pas encore à l'époque !

Les deux ramoneurs (Dirty Work)

affiche

Réalisateur : Lloyd French ; Date de sortie : 25/11/1933 ; Durée : 19 mn

Thème : Laurel et Hardy se rendent chez le professeur Noodle, un éminent chimiste qui expérimente une potion de jouvence, pour ramoner sa cheminée.

générique

Résumé : Le film se déroule dans la maison d'un savant fou, le professeur Noodle. Le professeur Noodle vient de développer une solution de rajeunissement qui inverse le processus de vieillissement. Stan et Oliver sont des ramoneurs et arrivent pour ramoner la cheminée. Oliver monte sur le toit et Stan reste en bas à la cheminée. Stan commence à pousser le balai dans la cheminée et fait tomber Oliver à travers la lucarne. Oliver revient sur le toit et commence à tirer le balai. Stan s'est accroché au balai et arrive sur le toit. Oliver le laisse tomber à travers la cheminée. Stan n'a pas assez d'extensions pour le ramonage et décide d'utiliser un fusil pour pousser le balai dans la dernière partie du conduit. L'arme a failli tirer sur Oliver. Stan décide de monter sur le toit et en ouvrant la lucarne, il fait tomber Oliver du toit et il tombe dans une serre. Hardy tombe finalement dans la cheminée, cassant de nombreuses briques, envoyant un nuage de suie partout dans le salon et sur Jessup le majordome, et endommageant le piano. Le majordome dit quelque chose au sujet d'une chaise électrique et sort. Stan et Oliver commencent à nettoyer la suie autour de la cheminée. Ils deviennent distraits et Stan enfonce la suie dans le pantalon d'Oliver.
Le professeur Noodle décide de tester sa solution de rajeunissement. Il met un canard dans une cuve d'eau et ajoute une goutte de sa solution. Le canard se transforme en caneton. Le professeur est excité et décide de montrer à Stan et Oliver sa découverte. Il met une autre goutte de sa solution dans la cuve et le canard se transforme en œuf. Stan et Oliver décident de tester eux-mêmes la solution sur un poisson lorsque le professeur quitte la pièce pour aller chercher et rajeunir le majordome. Stan jette accidentellement Oliver et la solution dans la cuve. Oliver en ressort comme chimpanzé. Bien qu'il ait été rajeuni - même désévolué - en chimpanzé par l'overdose massive de la solution, il est capable de dire ce qu'il a dit plusieurs fois tout au long du film : “Je n'ai rien à te dire”.

Laurel et Hardy Oliver Hardy Stan Laurel
Laurel et Hardy

le professeur Noodle Jessup le ramonage
le Professeur Noodle (Lucien Littlefield) – Jessup (Samuel Adams) – le ramonage

le fusil l'oiseau Laurel et Hardy ramoneurs
le fusil – l’oiseau tué par le fusil – Laurel et Hardy ramoneurs

le canard le canard devenu caneton le caneton devenu oeuf
le canard rajeuni en caneton puis en œuf

le poisson Hardy devenu singe
le poisson – Hardy en chimpanzé (Jiggs le chimpanzé)

Suivant : les films de Laurel et Hardy : les courts-métrages : 8) les années 1934 à 1943

Aucun commentaire:

Publier un commentaire