lundi 30 octobre 2017

Voitures anciennes : la Cité de l’Automobile – Musée National - Collection Schlumpf à Mulhouse (visite du 24/08/2017) : 1/6) Histoire et présentation

Suivant : La Cité de l’Automobile – Collection Schlumpf : 2) Les ancêtres (1878 à 1918)

L’Histoire

Nul n’ignore l’origine malheureuse de ce musée de l’automobile créé par les frères Hans et Fritz Schlumpf, riches industriels à la tête d’une entreprise prospère de filature textile.

Hanz et Fritz Schlumpf
Hanz (1904-1989) et Fritz (1906-1992) Schlumpf

Entre 1961 et 1967, Fritz Schlumpf, achète sans répit 560 voitures anciennes européennes, en refusant les américaines. En 1963, Bugatti est revendu au constructeur français Hispano Suiza. Fritz acquiert alors certains documents de la marque, quelques machines de l'usine, quelques voitures et prototypes, des pièces automobiles, ainsi que la Bugatti Royale personnelle d'Ettore Bugatti. En 1964, Fritz achète l'ensemble de la collection Shakespeare, 30 Bugatti, dont un autre exemplaire des six Bugatti Royale, appartenant à l'américain John W. Shakespeare. Dorénavant, Fritz et Hans Schlumpf possèdent la plus grande collection de Bugatti au monde. Ils installent leur importante collection dans trois anciennes filatures de Mulhouse, dont l'une deviendra le musée d'aujourd'hui, séparant les Rolls-Royce, les Bugatti et les autres marques.

Il garde sa collection secrète mais en 1966 il prévoit d’ouvrir un musée et entreprend des travaux pour la mise en valeur de sa collection. Le “Musée Schlumpf” est créé, il est éclairé par 500 luxueuses reproductions de candélabres du pont Alexandre-III de Paris. Mais ce musée n’ouvrira jamais…

En 1976, à la suite du premier choc pétrolier et de la mondialisation économique, qui condamne rapidement l’ensemble de l'industrie textile en Occident, l’usine est en faillite et les salariés en grève puis licenciés. Le 7 mars 1977 les entrepôts sont occupés, les ouvriers licenciés découvrent par surprise le musée secret, les syndicats le rebaptisent “Musée des Travailleurs” et ouvrent l’entrée gratuitement au public.

En 1980, pour éviter la vente et la dispersion de la collection, l'”Association du Musée national de l'Automobile” créée pour l’occasion la rachète pour une valeur forfaitaire de 44 millions de francs, somme contestée par les frères Schlumpf qui obtiendront gain de cause 20 ans plus tard, avec 25 millions de francs supplémentaires.

Le “Musée National de l’Automobile” ouvre ses portes au public le 10 juillet 1982.

En 1989, suite à des arrêts de la Cour d'appel de Paris, le Musée national de l'Automobile est contraint d'ajouter “Collection Schlumpf” à son nom et sur tous les documents mentionnant un élément de la collection.

En 1999, l'exploitation du Musée est confiée à la société Culturespaces. Le 25 mars 2000, après de nombreux travaux, Culturespaces ouvre au public le plus grand musée automobile du monde en partie rénové et modernisé.

En 2006 le musée est renommé « Cité de l'automobile » et agrandi, restructuré, rénové pour un montant de 20 millions €. Il rouvre ses portes le 7 juillet 2006.

Le 1er juillet 2011, un autodrome de 450 mètres est inauguré sur l'ancien stade contigu au musée, pour le Festival automobile annuel de Mulhouse, et pour divers animations événementielles automobiles

Le Musée

2017.08.24-171 Peugeot berline Type 201M 1937
Peugeot 201M 1937 estampillée du Musée

Adresse : Cité de l’Automobile, 15 rue de l’épée, 68100 Mulhouse
Horaires 2017 : 3 janvier au 3 février : 13h00 à 17h00 (sauf week-end : 10h00 à 17h00) ; 4 février au 31 mars et 6 novembre au 7 janvier 2018 : 10h00 à 17h00 ; 1er avril au 5 novembre : 10h00 à 18h00
Tarifs 2017 : Musée seul : 13 €, réduit : 10,50 € (7 à 17 ans, étudiants, invalides, chômeurs), musée + spectacle “En piste” (week-end et jours fériés d’avril à septembre) : 16 € (réduit : 12,50 €)
E-mail : message@collection-schlumpf.com
Site web :
http://www.citedelautomobile.com/
Le
parking du musée est payant mais il est possible de se garer facilement dans les rues alentour.

2017.08.24-001 Bentley sur le parking
hors musée, la Bentley d’un visiteur garée sur le parking (à côté d’une Jaguar Type E) !

2017.08.24-002 l'entrée 2017.08.24-293 l'entrée
l’entrée du musée : spectaculaire porte en bois, verre et acier, habillée par une suspension insolite de voitures et d'animaux

La Cité de l’Automobile s’étend sur 25.000 m², expose plus de 400 voitures de 98 marques différentes, dont 123 Bugatti, ce qui en fait la plus importante collection de Bugatti du monde.

La visite s’organise autour de 4 espaces principaux :

  • L’espace aventure automobile, le plus vaste. Cette grande salle de 17 000 m² garnie de 800 lampadaires identiques à ceux du pont Alexandre III à Paris, raconte l’histoire de l’automobile de 1878 à nos jours grâce à 243 voitures qui ont marqué leur époque. Les automobiles y sont agencées par grandes périodes chronologiques :
    • Les « Ancêtres » : les Panhard, Peugeot, De Dion et Benz couvrent une période allant de 1878 à 1918

2017.08.24-013 Panhard Levassor phaéton tonneau 1894
Panhard-Levassor 1894

  • Les « Classiques » amorcent une seconde phase (1919-1938) symbolisée par la fusion de deux puissants constructeurs : Mercedes et Benz. Avec cette fusion démarre l’ère des « super-voitures » caractérisées par des dimensions et une puissance extraordinaires. L’introduction en série de la traction avant par Citroën en 1934 constitue la grande innovation technique de cette époque. Enfin, l’ouverture des usines de Sochaux signe une étape capitale pour la firme Peugeot.

2017.08.24-125 Mercedes Torpedo Type 400 1925
Mercedes 400 1925

  • Les « Modernes » de l’après 1945 sont marquées par l’apparition des voitures légères et populaires. Les constructeurs abandonnent les projets de véhicules onéreux ou « bourgeois » au profit de la construction d’automobiles consommant peu de carburant. Cette production fut rendue possible notamment par la mise en pratique du taylorisme.

2017.08.24-187 Mercedes-Benz Coupé Type 300SC 1956 et Mercedes-Benz Cabriolet
Mercedes-Benz 1956

  • L’espace course automobile : La collection présente des modèles sportifs exceptionnels tels une Panhard-Levassor biplace course de 1908, une Mercedes W125 de 1937, une Maserati 250F de 1957 ou encore une Lotus type 33 de 1963. Avec son aérodynamisme révolutionnaire, la fameuse Bugatti type 32 de 1923 est la seule rescapée du circuit de Tours. Elle possède encore son moteur d'origine. Bien alignées de part et d'autre de l'allée centrale, elles offrent un bref aperçu de la plus belle ligne de départ du monde.

2017.08.24-208 rangée de sportives rouges italiennes et bleues françaises

  • L’espace chefs-d’œuvre : Cet espace rassemble dans un écrin bleu nuit les 80 plus belles voitures des années 30 dont les chromes scintillent et se reflètent à l’infini. Des voitures de grand prestige (X26 de Panhard-Levassor, coach Delahaye type 135 de 1949, Rolls Royce Silver Ghost de 1924…) trouvent une place privilégiée dans le Musée. Le quartier central de cet espace met en valeur les célèbres Bugatti Royales dont la Bugatti Royale Type 41, coupé Napoléon 1930 ayant appartenu à Ettore Bugatti.

2017.08.24-236 Bugatti Royale coupé Type 41 1929
Bugatti Royale 1929

  • L’espace Bugatti Veyron : La Bugatti Veyron est l’un des joyaux de la collection. Un savoir-faire technique issu de l’aéronautique et de l’astronautique a été nécessaire pour réaliser un circuit de freinage tout simplement incroyable : de quoi passer de 100 km/h à l’arrêt en 31,4 mètres et de 400 km/h à un arrêt total en 10 secondes. Cette voiture d’exception méritait une présentation spectaculaire. C’est aujourd’hui chose faite : pendant près de 5 minutes, une animation autour de la Bugatti Veyron fait d’elle l’objet de toutes les attentions. Elle est disposée sur un socle tournant permettant d’en observer chaque détail. Derrière elle, de grands écrans diffusent un film dynamique et élégant réalisé par la maison Bugatti présentant ses capacités techniques exceptionnelles.

2017.08.24-196 Bugatti Veyron 2017.08.24-197 Bugatti Veyron

My Classic Automobile

En saison (1er avril au 5 novembre en 2017), sur l’Autodrome de la Cité de l’Automobile, il est possible de prendre le volant d’une voiture ancienne de légende pour 7 tours de piste.  2 formules de baptêmes sont proposées :
- Baptême PILOTE : Après une présentation de la voiture choisie, on peut prendre le volant pour 7 tours de piste. Famille et amis peuvent vous accompagner sans supplément (dans la limite du nombre de places de la voiture). A partir de 40 € par voiture.
- Baptême PASSAGER : Il est également possible de se faire conduire pour 7 tours de piste par un chauffeur de My Classic Automobile dans le véhicule de son choix, pour 30 € par personne.

Il existe aussi 2 formules de parcours touristiques : - Formule "Sundgau", 1h00 / 30 kms au volant d’une voiture autour de Mulhouse via le Sundgau à la découverte de paysages magnifiques, à partir de 168 € et - Formule "Vignobles Vosges", 4h00 / 80 kms au fil de la route des vins, de la route des crêtes en passant par les ruelles typiques de Colmar ou Kaysersberg au volant d’une voiture, à partir de 335 €.


Les voitures de la collection My Classic Automobile :

Entre 3 et 6 voitures sont présentes chaque jour parmi les modèles suivants :
- Jaguar Type E coupé S1 4.2l de 1967 – 2 places – 55€
- Corvette C1 roadster V8 de 1960 – 2 places – 55€
- Ferrari Mondial cabriolet V8 de 1988 – 2 places – 60€
- Austin Healey 3000 mkIII de 1964 – 2+2 places – 50€
- Mercedes 190SL de 1959 – 2 places – 55€
- Bentley S1 de 1957 – 5 places – 65€
- MG A de 1960 – 2 places – 40€
- MG TD de 1951 – 2 places – 40€
- Jaguar XK150 de 1959 – 2 places – 60€
- Lamborghini Urraco de 1974 – 2+2 places – 60€

2017.08.24-003 les voitures à louer sur l'autodrome (12h21)
les voitures présentes sur l’autodrome le 24/08/2017

Spectacle “En piste”

Pour un supplément de 3 € (2,50 € en tarif réduit), tous les week-ends et jours fériés à 11h00 et 15h00 entre le 1er avril et le 1er octobre, 17 voitures personnifiées et mises en mouvement racontent l’aventure automobile de 1870 à nos jours en exposant leur histoire, la vie de leur concepteur, leurs avancées technologiques et l’évolution de la mécanique.
Les modèles se succèdent sur la piste d’évolution pour le plus grand bonheur des petits et des grands : Ford T, Coccinelle, 2 CV, 4 CV, Bugatti type 40, Simca Chambord, Rolls Royce… Chaque voiture défile devant les spectateurs en racontant son histoire et ses anecdotes. La cérémonie du tour de piste est présidée par Monsieur Loyal qui guide les visiteurs tout au long du spectacle. Dans un ordre chronologique, les voitures font un tour de piste et sont les protagonistes de courtes saynètes.
Le metteur en scène, comédien et scénariste Jean-Marie Meshaka signe le scénario de ce spectacle et propose aux visiteurs de la Cité de l’Automobile de découvrir ou de redécouvrir les voitures qui ont marqué l’histoire à travers 3 grandes périodes :
- Les prémisses de l’automobile et l’avènement du moteur de 1885 à 1905 : les visiteurs découvriront le passage de l’hippomobile à l’automobile avec l’un des premiers vélos ou la de Dion Bouton ; l’évolution de la mécanique est en marche…
- L’Age d’or de l’automobile de 1905 à 1939 : du taxi de la Marne aux voitures d’avant-guerre, ces voitures illustrent le développement des formes et des techniques de production. - L’automobile pour tous de 1945 à 1970 : après la Seconde Guerre Mondiale, la voiture se démocratise et devient l’objet incontournable du XXème siècle (2 CV, Coccinelle).

Ayant visité le musée un jeudi nous n’avons donc pas pu assisté à ce spectacle.

Plan du musée et du parcours audioguidé :

Un audioguide permet d’en savoir davantage sur certains modèles incontournables.

Mulhouse plan

Pour approfondir la visite une quarantaine de commentaires supplémentaire sont disponibles :
201 - L'origine du mot chauffeur, 202 - Panhard et Levassor, 203 - Karl Benz, 204 - L'évolution de l'éclairage sur les voitures, 205 - L'entreprise de Dion-Bouton, 206 - La vaporisation instantanée, 207 - Les formes de carrosseries, 208 - L'aventure Mercedes, 209 - L'essuie-glace, 210 - Volant à gauche, volant à droite, 211 - Les constructeurs disparus, 212 - Les Taxis de la Marne, 213 - Ettore Bugatti, 214 - L'aventure Peugeot, 215 - L'aventure Renault, 216 - Chevaux vapeur et chevaux fiscaux, 217 - Compresseur et turbo, 218 - Les raids, 219 - Ferdinand Porsche, 220 - L'aventure Alfa Romeo, 221 - Les matériaux de construction, 222 - La collection Shakespeare, 223 - La caisse autoporteuse, 224 - L'aventure Citroën, 225 - Le Salon de l'Automobile à Paris, 226 - La course chez Panhard, 227 - Les records de vitesse, 228 - Les arbres à cames, 229 - Grand Prix et Formule 1, 230 - L'aventure Maserati, 231- L'aventure Talbot, 232 - Enzo Ferrari, 233 - Amédée Gordini, 234 - Les grands pilotes, 235 - Fangio, 236 - Les 24 heures du Mans, 237 - L'aventure Hispano Suiza, 238 - Les concours d'élégance, 239 - Le carrossier Gangloff, 240 - Les Bugatti Royales, 241 - Les différentes carrosseries de la Bugatti 57, 242 - L'aventure Rolls-Royce, 243 - La « Flying Lady » de Rolls-Royce

Visite du musée :

Le musée commence par une  collection de mascottes, figurines qui décorent les bouchons de radiateurs. L'étoile encerclée de Mercedes-Benz ou la « Spirit of Ecstasy » de Rolls-Royce sont parmi les plus célèbres imposées par des marques. Les autres laissaient le libre choix aux automobilistes jusqu'en 1958. Ils pouvaient acquérir un des milliers de modèles à thème humain ou animal, choisissant ainsi le message qu'ils souhaitaient adresser aux autres usagers de la route : entre le chien agressif demandant aux autres de bien se tenir et le chaton effarouché, tous les états d'âme du chauffeur défilent graves, humoristiques ou nonchalants.

2017.08.24-004 figurines 2017.08.24-005 figurines

La collection Jammet de 101 voitures d'enfants représente un siècle d'histoire automobile à travers des rêves des plus petits et la représentation de « la voiture de papa ». Pour les modèles les plus récents, elle est principalement constituée de voitures françaises ou européennes. Plusieurs modèles datent du début du XXème siècle : des citroënnettes rares et recherchées ou encore des véhicules Eurêka, marque phare du jouet d'enfant de 1920 à 1940.

2017.08.24-279 autos pour enfants 2017.08.24-280 autos pour enfants
2017.08.24-281 autos pour enfants 2017.08.24-282 autos pour enfants

Avant de pénétrer dans le premier espace, des voitures aux caractéristiques exceptionnelles sont exposées :

2017.08.24-006 Panhard Levassor Type A 1891
Panhard-Levassor Type A de 1891 : reconnue à ce jour comme le plus ancien véhicule automobile à essence du monde encore en circulation, classée aux monuments historiques en 2011, première voiture à essence fabriquée en série, voiture du premier automobiliste célèbre qui ne soit ni constructeur, ni pilote : l’abbé Jules Gavois qui l’a achetée d’occasion en 1896, l’a baptisée Antoinette et l’a utilisée pendant 26 ans en parcourant 40.000 kms ! Sa puissance est de 1 CV 3/4, sa vitesse de 12 km/h !

2017.08.24-007 Bugatti Biplace course 35B 1929
Bugatti Biplace course 35B de 1929 (8 cylindres, 2263 cm3, 140 CV, 210 km/h) : équipée d’un compresseur la 35B est une version plus puissante du fameux Type 35. Fritz Schlumpf l’acheta d’occasion et participa à de nombreuses courses de côte avant que ses ouvriers ne lui demandent de ne pas prendre de risques au volant.

2017.08.24-008 Bugatti enfant Type 52 1927
Bugatti, voiture d’enfant Type 52 de 1927 : Ettore Bugatti construisit cette réplique à l’échelle 1/2 de son fameux Type 35 pour son jeune fils Roland âgé de 5 ans. Son moteur essence jugé trop bruyant par les clients fut remplacé par un moteur électrique de 12 V. Sa vitesse est de 20 km/h.

2017.08.24-009 Ferrari monoplace F1 Type 312B 1970
Ferrari monoplace F1 312B de 1970 (12 cylindres, 2991 cm3, 460 CV, 280 km/h) : Au Grand Prix d’Afrique du Sud 1971, Mario Andretti, menant de main de maître cette 312B,  entame une belle remontée, prend la tête et remporte une nouvelle victoire pour Ferrari.

2017.08.24-010 Dufaux biplace course Type 120-120PS 1904
Dufaux biplace course Type 100/120 PS de 1904 (8 cylindres, 12.761 cm3, 90 CV, 140 km/h) : Ce monstre de puissance, l’une des plus grosses cylindrées du musée, fut construit par deux frères qui abandonnèrent plus tard l’automobile pour la banque !

2017.08.24-011 Bugatti phaéton Type 56 1931
Bugatti phaéton Type 56 de 1931 (moteur électrique 36 V, 2 vitesses, 100 km d’autonomie, 1,2 CV) : Petit véhicule créé par Ettore Bugatti pour ses déplacements à l’intérieur de son usine et dans sa propriété de Molsheim. Ce modèle fut construit à 3 exemplaires et vendu 10.000 francs en 1931, alors qu’une Peugeot 201 coûtait 17.800 francs. C’est certainement la Bugatti la moins chère.

La visite se terminera par des espaces découverte sur la restauration des voitures, la vie d’une voiture de collection, en l’occurrence la Bugatti 57S de 1936, la halle des moteurs, ainsi que par l’exposition d’une voiture présidentielle chinoise, la Honq-Qi CA 770 et une réplique de la voiture électrique la “Jamais Contente” dont l’originale se trouve au musée de Compiègne.

2017.08.24-284 Royale Esders roadster Type 41 1930-1990 2017.08.24-285 Royale Esders roadster Type 41 1930-1990
Bugatti Royale Esders roadster Type 41 (1930-1990) (8 cylindres, 12.760 cm3, 300 CV, 200 km/h) : cette 7ème Bugatti Royale est la reconstruction, à partir d’un châssis et de pièces mécaniques d’origine, d’une Bugatti Royale qui existe toujours mais dont le châssis a été recarrossé.

2017.08.24-286 Hong-Qi limousine CA 770 1970
Hong Qi CA 770 de 1976 : limousine officielle réservée aux élites de l’état et à l’accueil d’hôtes de marque étrangers

2017.08.24-287 Bugatti Atalante Type 57 SC 1936 2017.08.24-288 Bugatti
2017.08.24-289 Bugatti 2017.08.24-290 Bugatti
déclinaisons sur la Bugatti 57S

2017.08.24-291 La Jamais Contente réplique de 1994
réplique de 1994 de la voiture électrique la “Jamais Contente” : l’originale atteint les 105,879 km/h le 19 avril 1899, c’était la première fois qu’une voiture franchissait les 100 km/h

J’ai déjà visité ce musée en 1984 et 1995 et autrefois s’y trouvait un orgue mécanique Mortier qui a aujourd’hui disparu. Des séances musicales de 30 minutes étaient programmées trois fois par jour.

1984.06.18-049.16 orgue mécanique Mortier

L’importance de cette collection mérite bien plusieurs articles. Le musée présentant l’une des plus importantes collections au monde d’ancêtres inférieurs à 1918, le prochain article leur sera consacré. Le suivant traitera des Classiques et Modernes, puis de la course automobile, des chefs d’œuvre, et comme ce musée contient la plus importante collection de Bugatti au monde, le dernier article les répertoriera.

A suivre : La Cité de l’Automobile – Collection Schlumpf : 2) Les ancêtres (1878 à 1918)

Textes issus du site web et de Wikipedia

Aucun commentaire:

Publier un commentaire