samedi 12 février 2011

L’histoire de la télévision : l’année 1970 et l’année 1971

L’année 1970

  • En 1970, 70,4 % des ménages français sont équipés de la télévision

17 février : Première de “À armes égales, émission politique française de Michel Bassi, Alain Duhamel, André Campana et Jean-Pierre Alessandri, réalisée par Igor Barrère. Conçue au dernier trimestre de 1969, l’émission s’impose rapidement comme le rendez-vous politique télévisé mensuel au début des années 1970. Les producteurs de l’émission, les invités, les réalisateurs ainsi que la presse quotidienne et spécialisée s’accordent à conférer à cette émission une place importante dans la vie politique française mais aussi parmi les émissions de débat politique. Ces supposées innovations peuvent être organisées autour de quatre grands principes : l’impartialité, la théâtralisation du débat politique, la confrontation entre la majorité gaulliste et l’opposition, l’importance donnée au public.

à armes égales

19 mai : “Aujourd'hui Madame, magazine télévisé quotidien français destiné aux femmes au foyer créé par Armand Jammot et diffusé sur la deuxième chaîne de l'ORTF jusqu'au 2 janvier 1975 puis du 6 janvier 1975 jusqu'au 18 janvier 1982 sur Antenne 2. “Aujourd’hui Madame” fut la première émission de l’après-midi à la télévision française. Elle ouvrait les programmes de la deuxième chaîne de l'ORTF à 14h30. Cette émission alternait plateau et reportages sur un thème de société intéressant le public féminin. Elle fut remplacée par Antenne 2 en 1982 par “Aujourd’hui la vie”. Écouter le générique.

aujourdhui madame

29 juillet : Retour d’”Intervilles” que Guy  accusé d’exacerber le chauvinisme municipal, avait été contraint d’arrêter en 1964. Écouter le générique.

intervilles 1970

septembre : la speakerine Sylvette Cabrisseau est licenciée de la deuxième chaîne après la publication de photos nues dans un magazine de charme.

sylvette cabrisseau

7 octobre : “Post-Scriptum”, émission de critique littéraire présentée par Michel Polac qui fut contraint de l’arrêter en mai 1971 pour y avoir abordé le thème de l’inceste.

post scriptum

L’année 1971

  • C’est en 1971 qu’apparaît la première télécommande.

Janvier : Introduction de la publicité de marque sur la deuxième chaîne.

28 janvier : diffusion en France de “Quentin Durward”, feuilleton télévisé franco-allemand, en 7 épisodes de 52 minutes, créé par Jacques Sommet d'après le roman homonyme de Walter Scott et réalisé par Gilles Grangier. En France, le feuilleton a été diffusé jusqu’au 11 mars 1971 sur la deuxième chaîne de l'ORTF. Quentin Durward fuit l'Écosse et gagne la France où la tension est vive entre le roi Louis XI et Charles le Téméraire, Duc de Bourgogne. L'objet de la querelle n'est autre que la riche et fortement convoitée province de Croye. Considéré comme un espion et capturé, Quentin Durward échappera-t-il à ses accusateurs ? Écouter le générique.

quentin durward

31 janvier : lancement d’Apollo 11. La marche sur la Lune est retransmise en Mondovision le 5 février.

apollo 11

février : Pierre Bellemare anime un nouveau jeu : “Rien que la vérité”.

21 février : Nicoletta présente la dernière de “Dim Dam Dom

dimdamdom2

18 mars : diffusion d’”Arsène Lupin, série télévisée en coproduction française, ouest-allemande, canadienne, belge, hollandaise, suisse, italienne et autrichienne en 26 épisodes de 55 minutes, créée d'après le personnage de Maurice Leblanc, diffusée jusqu’au 16 février 1974 sur la deuxième chaîne de l'ORTF. Cette série met en scène les exploits du célèbre gentleman-cambrioleur. Écouter le générique.

Arsène Lupin

4 mai : “Adieu mes quinze ans”, feuilleton télévisé français, en 19 épisodes de 13 minutes, créé par Pierre Dupriez d'après le roman éponyme de Claude Campagne. Ce feuilleton met en scène les mésaventures de Fanny, une adolescente de 15 ans vivant à Boulogne-sur-Mer à la fin des années 1950. Une chaude complicité l'unit à son frère aîné, Guillaume, et à leur grand-père, le Capitaine. C'est auprès de lui que vont se croiser et se recroiser les destins de Fanny et Guillaume, Yann Offlanges, et Ingvild Nilssen, une jeune Norvégienne invitée par Le Capitaine à séjourner pendant un an dans leur demeure, le Cadran Solaire. Écouter le générique.

adieu mes quinze ans

7 août : “Le Voyageur des siècles, feuilleton télévisé de science-fiction français en 4 épisodes de 90 minutes, réalisé par Jean Dréville d'après un scénario de Noël-Noël et diffusé jusqu’au 28 août 1971 sur la première chaîne de l'ORTF. Il s'agit d'un récit de paradoxe temporel. En 1981, Philippe d'Audigné (Hervé Jolly) met au point en se basant sur les recherches de son grand-oncle François d'Audigné (Robert Vattier) une machine à remonter le temps qu'il a appelée une "chronosphère". Celle-ci est construite dans une caverne à Luzarches. Il part rejoindre son grand-oncle en 1885. Il a emmené avec lui une autre de ses inventions qui permet la visualisation des images passées s'étant reflétées dans les miroirs. Parcourant ces images avec François d'Audigné, Philippe tombe ainsi amoureux de l'image dans un miroir ancien d'une de ses ancêtres, guillotinée durant la Révolution française. Il décide donc de voyager vers 1788 et convainc son ancêtre de l'accompagner, dans l'espoir de rencontrer la femme de ses rêves et de la sauver, même si cela signifie utiliser la technologie des années 1980 pour empêcher la Révolution Française... Écouter le générique.

Le Voyageur des siècles

4 octobre : “Le Grand Amphi” qui deviendra “Le Grand Échiquier” l'année suivante, présenté par Jacques Chancel

le grand amphi

13 décembre : Lors de l'émission “À armes égales”, Maurice Clavel quitte le plateau en s'exclamant: « Messieurs les censeurs, bonsoir ! ».

à armes égales maurice clavel

18 décembre : “La Dame de Monsoreau, feuilleton télévisé français en 7 épisodes de 55 minutes, créé par Claude Brulé d'après l'œuvre éponyme d'Alexandre Dumas, réalisé par Yannick Andréi et diffusé jusqu’au 31 décembre 1971 sur la deuxième chaîne de l'ORTF. Ce feuilleton historique met en scène l'histoire de la belle Diane de Méridor, convoitée par trois hommes : le comte de Monsoreau, le duc d'Anjou et Louis de Bussy d'Amboise, sous le règne d'Henri III de Valois. Fin lettré, habile bretteur et profond diplomate, Louis de Bussy d'Amboise est un gentilhomme au service du machiavélique Duc d'Anjou qui, à l'instar des Guise, brigue la succession de son frère Henri III au trône de France. Partagé entre sa loyauté à un prince fourbe et sa passion pour Diane de Méridor, Bussy, malgré les tentatives amicales du bouffon du roi Chicot, se rend finalement suspect aux yeux de tous les protagonistes et périt victime de son indécision.

La Dame de Monsoreau

En 1971, Marc Gilbert se voit confier par Pierre Sabbagh l'émission Italiques”, « une émission de télévision centrée sur les livres pour les lecteurs et réalisée avec leur aide ». C'est un succès populaire, et le générique est modifié. Ce sera Ennio Morricone, qui fera la musique avec la bande originale d'”A l'aube du cinquième jour” de Giuliano Montaldo, et Jean-Michel Folon se chargera de créer un dessin animé où des personnages bleus s'envolent avec les livres. Écouter le générique.

italiques

 

Précédent : L’année 1968 et l’année 1969

Suivant : L’année 1972 et l’année 1973

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire