samedi 21 octobre 2017

Tourisme en Alsace : la ville de Mulhouse (68) (visite du 24/08/2017)

Mulhouse est le chef-lieu du département du Bas-Rhin (67) et compte plus de 111.000 Mulhousiens intra-muros. Ville très cosmopolite, Mulhouse offre l’attrait de son riche passé de république indépendante, d’une puissante tradition industrielle et d’un prestigieux ensemble de musées.

La place de la Réunion est le cœur historique de Mulhouse. Le terme Réunion fait référence au rattachement de la République de Mulhouse à la République française le 15 mars 1798.

2017.08.24-299 maisons anciennes
maisons anciennes Place de la Réunion

L’Hôtel de ville a été construit en 1552 par un architecte bâlois dans le style de la Renaissance rhénane, décoré extérieurement par des peintres originaires de Constance. Cet édifice unique en France séduisit en son temps Montaigne, qui le qualifia de «Palais magnifique et tout doré». En 1698 le Mulhousien Jean Gabriel réalisa un nouveau décor, ajoutant en particulier les figures allégoriques. C'est ce programme pictural, récemment restitué dans toute sa splendeur, qu'on admire aujourd'hui. Les écus aux armes des cantons suisses, peints sur la façade principale de part et d'autre du double perron couvert, rappellent le lien historique de Mulhouse avec la Confédération helvétique. Sur le côté droit du bâtiment est suspendu un masque de pierre grimaçant, copie du «Klapperstein» ou «Pierre aux clabaudeurs» pesant 12 à 13 kg, qu'on suspendait au cou des personnes médisantes, condamnées à effectuer le tour de la ville assises à rebours sur un âne. Il fut utilisé pour la dernière fois en 1781.

2017.08.24-297 l'hôtel de ville 2017.08.24-298 l'hôtel de ville
2017.08.24-296 l'hôtel de ville
L’Hôtel de Ville

Le Temple St-Étienne, de style néo-gothique, conserve de l'ancienne église St-Etienne démolie en 1858 un ensemble de vitraux du 14ème siècle, dont les plus intéressants, inspirés du Miroir du Salut, célèbre ouvrage datant de 1324, illustrent les concordances recensées entre l'Ancien et le Nouveau Testament. Avec une hauteur de 97 mètres, le temple Saint-Étienne est le plus haut monument protestant de France.

2017.08.24-306 temple St-Etienne 2017.08.24-300 vitraux 2017.08.24-301 vitraux
le Temple Saint-Etienne - vitraux

2017.08.24-303 vitraux 2017.08.24-304 vitraux
vitraux

Avec sa douzaine de musées et espaces à thèmes majoritairement dédiés au monde de l’industrie et de la technique Mulhouse représente une destination indispensable aux esprits curieux.

Musée historique : il fait découvrir certains aménagements intérieurs de l'hôtel de ville, notamment au 1er étage la salle du Conseil, autrefois lieu de réunion du gouvernement de la République et de nos jours siège du Conseil municipal (pas visité).

Musée des Beaux-Arts : Œuvres de Breughel le Jeune, Teniers, Ruysdael, Boucher et d'autres peintres des 17ème et 18ème siècles ; paysages et scènes mythologiques du 19ème siècle (Boudin, Courbet, Bouguereau) ; toiles des peintres alsaciens : nus et portraits de Henner (1829-1905), paysages et natures mortes de Lehmann (1873-1953), compositions rutilantes de Walsh (1896-1948) (pas visité)

Musée National de l’Automobile – Collection Schlumpf : Cette fabuleuse collection de plus de 400 voitures anciennes a été passionnément constituée pendant une trentaine d'années par les frères Schlumpf, propriétaires d'une filature de laine peignée. Crise du textile, troubles sociaux, acquisitions imprudentes de nombreuses voitures coûteuses, faillite, jugement: le musée est acquis par une association et ouvert au public en 1982. La collection évoque plus de cent ans de l'histoire de l'automobile, depuis la Jacquot à vapeur de 1878 et présente 98 marques européennes dont certains spécimens fort rares, voire uniques. Les voitures sont parfaitement présentées le long d'allées bordées de lampadaires 1900, réplique de ceux ornant le pont Alexandre-lll à Paris. Le quartier qui magnifie les Bugatti est un peu une collection dans la collection. Les exigences d'Ettore Bugatti (qui s'installe en 1909 à Molsheim) en matière de qualité, de fiabilité et de fini, dont témoignèrent 340 brevets et 3 000 victoires sur les circuits, se manifestent dans les 120 voitures de course, de sport ou de grands luxe rassemblées. Le joyau de cette série incomparable est constitué par deux Royale : une limousine et le « coupé Napoléon », voiture personnelle d'Ettore Bugatti considérée parfois comme la plus prestigieuse de tous les temps. (visité en 1984, 1995 et 2017)

1984.06.18-048.24 la salle du musée 1984.06.18-048.27 Jacquot break 5-6 places 1878
le musée en 1984 : la salle du musée – Jacquot 1878

1984.06.18-049.28 Mercedes 600 1938 et Mercedes 14-30 1909 1984.06.18-048.25 Bugatti 41 Royale Limousine Parkward 1933
Mercedes 600 1938- Bugatti Type 41 Royale Limousine Parkward 1933

Musée français du Chemin de fer : Superbement présentée, la collection constituée par la SNCF retrace l'évolution du chemin de fer de ses origines à nos jours. Aux côtés du matériel moteur et roulant, une place importante est faite aux équipements périphériques: signaux, rails, systèmes d'attelage automatique, aiguillages, guérite de garde-barrière, pont tournant, etc. (visité en 1995)

1995.06.13-120.19 1995.06.13-120.20
1995.06.13-120.21
 1995.06.13-120.22

1995.06.13-120.23
 1995.06.13-120.24

1995.06.13-120.25
 1995.06.13-120.26

Musée du Sapeur-pompier : dans la même enceinte, le musée du Sapeur-pompier abritait des pompes à bras du 18ème siècle, des pompes à vapeur, des casques et des uniformes du monde entier. La tour de guet des Sapeurs-pompiers de Mulhouse et le central téléphonique de l'ancienne caserne ont été reconstitués. Malheureusement ce musée a fermé en 2003 (visité en 1995)

1995.06.13-120.27 1995.06.13-120.28

Parc zoologique et botanique  : Ce beau parc de 25 ha, qui présente plus de 1 000 animaux, s'est donné pour mission la sauvegarde, l'élevage et la connaissance scientifique d'espèces rares ou en voie de disparition, démarche s'appuyant sur une vaste collaboration interzoos ou avec des gouvernements. Le parc abrite également une importante collection botanique, avec des essences rares et de beaux aménagements paysagers. (visité en 1973 et 1995).

Électropolis : musée de l'Énergie électrique : Le gros cube de maçonnerie aveugle et la galerie en ellipse qui le cerne fournissent un cadre original à la présentation de toutes les étapes de la production de l'électricité et ses applications. Les thèmes les plus divers sont abordés: la musique, l'électroménager, l'informatique, le laser, le jouet électronique, la radio, les satellites... La «maison de l'électricité», installée dans un des pavillons du jardin, anticipe ce que sera le confort domestique de demain (pas visité)

Musée de l'Impression sur étoffes : Installé dans un bâtiment de la Société Industrielle, il retrace l'histoire de l'impression sur étoffes en Alsace et dans le monde (pas visité)

Musée du papier peint : A Rixheim (6 km à l'Est), inauguré en 1984, il occupe l'aile droite d'une ancienne commanderie des Chevaliers Teutoniques où, dans les années 1790, Jean Zuber installa une fabrique de papiers peints, toujours en activité, lui-même et sa famille occupant le bâtiment central, du 18ème siècle. La collection comprend quelque 130 000 documents. Le musée possède une précieuse série de papiers peints de la manufacture Réveillon à Paris, celle-là même qui fut saccagée par les Révolutionnaires en 1789 (pas visité)

Écomusée d'Alsace : A Ungersheim (14 km au Nord), Une soixantaine de maisons anciennes, distribuées sur un terrain de 15 ha, présentent principalement un panorama de l'habitat rural dans les différentes régions d'Alsace (visité en 1995)

1995.06.22-121.13 1995.06.22-121.14
1995.06.22-121.16

mercredi 18 octobre 2017

Tourisme en Lorraine : Saint-Dié-des-Vosges (88) (visite du 25/08/2017)

La ville de Saint-Dié-des-Vosges, située dans un bassin fertile que dominent des côtes de grès rouge couvertes de sapins, doit son origine à un monastère bénédictin fondé au 7ème siècle par saint Déodat dont le nom fut abrégé en saint Dié, d’où le nom des 20.300 Déodatiens qui y habitent.

C'est dans la Cosmographine Introductio, ouvrage imprimé et publié à St-Dié en 1507 par le Gymnase vosgien, assemblée de savants, que le continent découvert par Christophe Colomb fut, pour la première fois, dénommé America.  Un exemplaire de cette rarissime Cosmographine Introductio est présenté dans la salle du trésor de la bibliothèque.

La ville est la patrie de Jules Ferry (1832-1893), fondateur de l'école primaire laïque et obligatoire.

La Cathédrale St-Dié, ancienne collégiale de chanoines, a été érigée en cathédrale en 1777. Sa façade imposante, de style classique, a été édifiée au début du 18ème siècle. Elle est flanquée de deux tours carrées qui lui apportent une touche de solennité. Toutefois, sur le flanc Sud, on découvre un beau portail roman. Elle fut en grande partie dynamitée en novembre 1944. Voûtes et parties orientales ont été remontées à l'identique et l'édifice consacré en 1974.

2017.08.25-021 cathédrale 2017.08.25-031 cathédrale
la cathédrale Saint-Dié

Le transept, le chœur et l'abside (décorée d'un vaste enfeu) ont été rendus à leur aspect du 14ème siècle. La nef romane montre une alternance de piles fortes et faibles couronnées de chapiteaux sculptés. Des vitraux de la fin du 13ème siècle, dans la deuxième chapelle à gauche, relatent des épisodes de la vie de saint Déodat.

2017.08.25-030 cathédrale 2017.08.25-022 vitraux de la cathédrale 2017.08.25-023 cathédrale
intérieur de la cathédrale

Le Cloître gothique occupe l'intervalle compris entre la cathédrale et l'église Notre-Dame-de-Galilée, et fait communiquer ces deux édifices. Sa construction, demeurée inachevée, remonte aux 15ème et 16ème siècles. On en admire les baies flamboyantes donnant sur la cour, et les voûtes en croisées d'ogives sur faisceaux de colonnettes engagées ou sur pilastres. A un contrefort de la galerie Est s'adosse une chaire extérieure du 15ème siècle.

2017.08.25-028 cloître
2017.08.25-024 cloître 2017.08.25-027 cloître
le cloître

L’Église Notre-Dame-de-Galilée a servi d'église paroissiale pendant la reconstruction de la cathédrale, la « Petite Église » est un exemple typique de l'architecture romane de Lorraine Sud. La façade, d'une grande simplicité, est précédée d'un clocher-porche aux frustes chapiteaux. L'originalité de la nef consiste en ses voûtes d'arêtes, fait très rare pour un vaisseau aussi large. Les piles fortes et faibles alternent, suivant l'habitude rhénane et de Lorraine Sud.

2017.08.25-025 église 2017.08.25-026 église
intérieur de l’église

Le vieux tilleul, à droite de la cathédrale, aurait été planté au 12ème siècle.

2017.08.25-033 tilleul du XIIè siècle
le vieux tilleul

A l'emplacement de l'ancien palais  épiscopal dont subsiste la porte d'entrée monumentale, le Musée municipal a été reconstruit.

2017.08.25-034 ancien palais épiscopal
porte de l’ancien palais épiscopal

La Tour de la Liberté, édifice d’acier, de câbles et de toile entièrement blanc, s’élève à 36 mètres du sol et pèse plus de 1400 tonnes. Elle avait été érigée au Jardin des Tuileries, à Paris, à l’occasion du bicentenaire de la révolution et rebâtie ici l’année suivante, en 1990. Du haut de la Tour, on a une belle vue sur la ville et la ligne bleue des Vosges.

2017.08.25-035 tour de la Liberté
la Tour de la Liberté

2017.08.25-037 vue du sommet de la tour de la Liberté 2017.08.25-038 vue du sommet de la tour de la Liberté
2017.08.25-039 vue du sommet de la tour de la Liberté 2017.08.25-041 vue du sommet de la tour de la Liberté
Vues du haut de la Tour

En 1999, à l'occasion du Festival International de géographie de Saint-Dié-des-Vosges a été inaugurée une mosaïque monumentale de Jean Bazaine (1904-2001), L'envol de la Liberté

2017.08.25-040 mosaïque de Bazaine
mosaïque de Jean Bazaine

dimanche 15 octobre 2017

Tourisme en Alsace : Ribeauvillé (68) (visite du 25/08/017)

Autre étape de la Route des Vins d’Alsace, Ribeauvillé, habité par environ 4740 Ribeauvillois, occupe un site pittoresque au pied de la chaîne des Vosges, et doit sa célébrité à son fameux fin le riesling et aux sœurs de Ribeauvillé.

Ribeauvillé est encore le théâtre d'une des dernières fêtes traditionnelles alsaciennes, la Fête des Ménétriers ou Pfifferdaj (jour des fifres), d'origine très ancienne, qui a lieu le premier dimanche de septembre. Ce jour-là, les musiciens ambulants de la région se réunissaient dans la ville pour honorer leur suzerain, le sire de Ribeaupierre. Ils formaient une corporation puissante dont les statuts étaient enregistrés par le Conseil souverain de Colmar.
Aujourd'hui, le Pfifferdaj est une fête folklorique avec cortège historique et dégustation gratuite à la «Fontaine du Vin», place de l'hôtel de ville.

2017.08.25-083 statue de ménestrier 2017.08.25-085 statue d'angle de ménestrier
statues de ménestriers

La Tour des Bouchers est un ancien beffroi qui séparait autrefois la ville haute de la ville moyenne. La partie inférieure date du 13ème siècle, la partie supérieure, ornée d'une galerie et de gargouilles et qui porte le cadran d'une grande horloge, fut construite en 1536.

2017.08.25-088 la tour des Bouchers 2017.08.25-089 la tour des Bouchers
la Tour des Bouchers

L’Hôtel de ville abrite un petit musée (pièces d'orfèvrerie du 17ème siècle et hanaps, en vermeil, des seigneurs de Ribeaupierre) (non visité). La Fontaine Renaissance de 1536 est construite en grès rouge et jaune.

2017.08.25-086 hôtel de ville
L’Hôtel de ville et la fontaine Renaissance

Sur une loggia du Pfifferhüs (restaurant des Ménétriers), au-dessus de la porte, deux statues figurent l'Annonciation.

2017.08.25-082 Pfifferhüs
le Pfifferhüs

L’Église St-Grégoire-le-Grand date des 13ème-15ème siècles, à signaler le tympan du portail Ouest et les belles ferrures de la porte (fermée à cette heure).

2017.08.25-091 église St-Grégoire-le-Grand 2017.08.25-092 porte de l'église St-Grégoire-le-Grand 2017.08.25-093 porte de l'église St-Grégoire-le-Grand
l’église St-Grégoire-le-Grand – la porte – les ferrures

Des maisons anciennes des 16ème et 17ème siècles sont à voir en flânant dans la rue des Frères-Mertian, la rue Juifs, la rue Klobb et dans la Grand'Rue.

2017.08.25-090 maison ancienne 2017.08.25-094 maison ancienne
maisons anciennes

Aux entrées Sud et Est de la ville, deux vieilles tours sont surmontées de nids de cigognes.

2017.08.25-095 nid de cigognes
vieille tour : on distingue vaguement le nid de cigognes mais il faisait déjà nuit lors de notre visite de Ribeauvillé

La Route des Vins d’Alsace compte de nombreux autres villages pittoresques et intéressants, mais après Molsheim, Kaysersberg et Riquewihr, Ribeauvillé était le dernier que nous ayons visité.